Les conflits d’intérêts vus par les sciences sociales : conséquences sur la production du savoir et l’expertise

haurayLe livre Conflict of Interest in Medicine présente la synthèse d’un grand projet de 4 ans financé par l’ANR. Par erreur, oubli, je n’ai pas commenté le projet MEDICI, conduit par des chercheurs français en sciences sociales. Le site du projet est très riche… Ce que l’on fait de mieux sur ces sujets.. BRAVO

J’ai lu ce livre, et je vais au fil du temps commenter certains chapitres.

L’introduction, signée par les 4 principaux chercheurs (Boris Hauray, Henri Boullier, Jean-Paul Gaudillière, Hélène Michel) est un excellent survol de la problématique (en 28 pages quand même). Il y a toutes les bonnes références du domaine avec les noms de M Angell, L Bero, B Goldacre, PC Gotzsche, S Krimsky (qui vient de mourir), B Lo & MJ Field, R Moynihan, MA Rodwin, S Sismondo, TP Stossel, sans oublier les chercheurs en sciences sociales.

La production de l’ignorance est un concept qui se développe en sciences sociales, à partir des stratégies de l’industrie du tabac. Je ne sais pas résumer 28 pages, mais les intertitres permettent de voir la démarche :

Un sujet négligé par les sciences sociales : cet historique montre l’arrivée des concepts et les premières positions venant de la communauté médicale. Ensuite a été considérée la menace de l’intégrité scientifique avec la prise en compte des conflits d’intérêts.

Une étude sociale des conflits d’intérêts : avec l’analyse des rôles des acteurs, de leurs pratiques. Voici les sous-titres de cette partie : Les transformations de l’économie politique du savoir pharmaceutique (l’augmentation du marché supporté par les assurances sociales ; les fusions des petites sociétés ; de nouvelles molécules miracles ; l’arrivée de régulations administratives plutôt que professionnelles ; les screenings de masse pour identifier de nouvelles entités pharmacologiques) ; La politisation et les scandales des risques de santé publique (Ce sont des exemples des stratégies de Big Pharma ; la disparition des petites sociétés avec la construction de grandes firmes… sans limites ; description des scandales des années 2000) ; dans cette partie, sont expliquées les sous-traitances, les start-ups et autres arrivées modifiant les métiers ; La promotion de la transparence en science et dans la vie publique (Est-ce que la transparence, une bureaucratie, est efficace pour réguler les conflits d’intérêts ? Est-ce que tout le buzz des activistes et médias a des effets souhaitables ?)

Les contenus de ce livre : c’est une présentation de tous les chapitres du livre, avec un résumé de 10 lignes pour chaque chapitre. Une bonne vision du livre avec ce chapitre.

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

2 commentaires

  • Bonjour,
    Ce livre a l’air d’être bien intéressant.
    Mais à la lecture de la table des matières, c’est bien dommage de constater, mais c’est habituel, qu’aucune analyse spécifique ne soit faite sur les conflits d’intérêts concernant les recommandations nutritionnelles vis à vis de l’industrie agroalimentaire. Celle ci, comme l’industrie pharmaceutique, est aussi un poids lourd financier ne mettant pas forcément les préoccupations sanitaires tout en haut de ses priorités.
    Dans le domaine de la nutrition, la recherche et la mise en évidence de connaissances fiables sont déjà passablement compliquées, avec des problèmes méthodologiques complexes (beaucoup d’observationnels biaisés et d’interventionnels de faibles valeurs en terme d’applicabilité en population générale sur des outcomes d’intérêts cliniques).
    Et c’est pourtant un domaine où des conflits d’intérêts majeurs sont présents entre les grands groupes industriels, les lobbys catégoriels d’une part et les « faiseurs d’opinions » médicaux d’autres part.
    Et cela ne semble pas gêner grand monde.
    C’est dommage, car du fait du caractère extensif de l’exposition (tout le monde, tous les jours) les impacts potentiels en terme de Santé Publique mais aussi environnementaux, sont considérables.
    Et dans ce domaine, les lobbys du lait, de la viande et de l’alcool sont particulièrement actifs et puissants dans la production de l’ignorance.
    PS : et merci pour votre site que je consulte régulièrement en miroir avec RetractionWatch

    Répondre
  • Bonsoir,

    merci pour ce commentaire et j’adhère pleinement. La lecture du livre de S Hercberg est édifiante… Que de combats pour le nutriscore https://www.redactionmedicale.fr/2022/02/1215057
    Je peux vous mettre en relation avec l’équipe Boris Hauray mais ils sont passés à d’autres projets…

    Cdlmt

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer