Conflits entre auteurs : fréquents ; les revues n’ont pas de légitimité pour intervenir ; une charte signée avant toute recherche est utile

Ce sont deux articles rubrique ‘news’ publiés dans Nature en juin 2021 qui apportent des réflexions sur la cause la plus fréquente de conflits dans les équipes de recherche. Il s’agit évidemment de l’attribution de la qualité d’auteur pour un article et aussi de l’ordre des auteurs. Ces articles confirment ce que j’observe régulièrement. J’ai environ un appel par semaine sur une problématique d’auteurs…  et je reste confidentiel. Ces appels correspondent aux exemples décrits dans ces articles de Nature.

Le premier article dont le titre peut être traduit ainsi : ‘Sur la touche : comment régler les litiges relatifs à la paternité des articles ?‘ décrit des situations que je considère banales car fréquentes. Il y a des descriptions de situations respectant l’anonymat des chercheurs. En pratique, sur les 30 millions d’articles de Medline, le nombre moyen d’auteurs par article était de 1,9 avant 1975 et de 5,9 entre 2015 et 2019. Trop souvent une recherche peut être terminée par un second chercheur… Par exemple, un thésard a fait plus de 75 % du travail, mais à la fin, il a besoin d’aide.. Le chef décide qu’il y aura deux co-auteurs pour l’article à venir…  Le thèsard qui va chercher un travail peut avoir la question : ‘Avez-vous fait la moitié du travail ?’. Les recherches sont collaboratives, mais le marché du travail ne l’est pas ! Pour les revues médicales prestigieuses, ce sont environ 20 % des auteurs qui seraient honoraires ou cadeaux (ils n’ont rien fait) et 8 % seraient oubliés (fantômes). Une enquête auprès de 6700 chercheurs a montré que 46,6 % avaient eu des problèmes en ce qui concerne la paternité des articles. Dans cet article, une longue partie consacrée à CRediT pour mieux présenter la contribution de chaque auteur (voir billets de mars 2018). Il y a aussi des conseils de chercheurs qui ont des documents dans les laboratoires pour prévenir les conflits d’auteurs.

sidelinedDans cet article, il y a un paragraphe important. Le plus souvent, un auteur en conflit avec ses pairs pense qu’en écrivant à la revue, il aura peut-être réparation… FAUX. La qualification pour être auteur est une décision de l’équipe de recherche, pas des revues incompétentes pour attribuer la paternité d’un article. Les conflits doivent être résolus au sein des institutions. Voici le paragraphe de l’article : ‘Corrections to authorship lists are made only occasionally — and usually after rulings by university ethics committees. The policy of journals published by Springer Nature, including Nature, is that editors do not get involved in investigating or adjudicating authorship  disputes, and that these should be resolved by researchers or, failing that, their institutions‘.

Le deuxième article est court et propose des stratégies pour diminuer les conflits entre auteurs. Il faut avant tout libérer la parole et évoquer les auteurs et leur ordre le plus tôt et le plus souvent possible. Il faut le faire avant de commencer une recherche, en sachant que des modifications pourront être discutées, et garder des traces écrites. Ces principes ont été bien décrits dans un article que j’ai analysé en novembre 2018.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer