Problèmes d’auteurs : une méconduite tolérée par la communauté scientifique

Des exemples d’auteurs honoraires ou cadeaux sont quotidiens…  C’est une plaie pour la science et une injustice vis-à-vis de ceux qui veulent promouvoir une science intègre. C’est un exemple récent sur Twitter qui m’énerve (merci NK). Un court cas clinique a 8 auteurs de 3 pays différents ! En accès libre dans le author listJEADV, revue correcte. Il s’agit d’un purpura facial probablement causé par le port d’un masque chirurgical. Il y a une discussion simple, et le cas est court. Il n’y a pas d’information sur le pays d’origine de la malade de 64 ans… on peut supposer l’Italie, pays du premier auteur. Les adresses des 8 auteurs sont en Italie pour 6 d’entre eux (3 villes différentes), et Suède et Espagne pour les deux autres auteurs. Est-ce que les 8 auteurs ont vu la malade : NON, c’est certain ! Peut-on signer un cas sans voir le/la malade ? Oui pour l’anapath ou le radiologue… mais ici, il n’y a qu’une observation clinique d’un visage.

Ce type d’arnaque est fréquent, même en France, et vous avez plein d’exemples.

Je rappelle des observations récentes :

  • dans le résumé des observations des publications COVID-19, nous avons lu : Enfin, les articles COVID- 19 ont montré un nombre plus élevé d’auteurs, en particulier pour les cas cliniques avec une médiane de 9,0 auteurs (IQR : 6.0-13.0) dans les articles COVID-19, par rapport à une médiane de 4.0 auteurs (IQR : 3.0-6.0) dans les articles non-COVID-19 (p < 0.001).
  • et l’étude ouverte remdésivir du NEJM qui a contribué à augmenter le facteur d’impact, il y avait 53 malades de 8 pays et surtout 55 auteurs dont 18 de Gilead (labo produisant le remdésivir) ;v les auteurs provenaient des 18 pays pour signer ce hot paper parfaitement nul, mais beaucoup cité.
  • sans oublier l’IHU de Marseille, gloire française des recherches en maladies infectieuses, où existent des auteurs aux mains sales.

Nos dirigeants doivent aimer ce genre de pratique, car certains signent des articles sans les lire.

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer