« 20 % des étudiants/thésards auraient eu des pressions pour pour publier des données sur lesquelles ils avaient des doutes…. Heureusement c’est au Texas, et pas en France ! | Accueil | Les relations entre les rédacteurs des revues biomédicales et les institutions doivent être améliorées »

lundi 03 juin 2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Merci pour ces informations, et rien ne m'étonne ; la fraude a un bel avenir en France, car ce sujet est tabou pour nombreux des décideurs dans les Universités.....

antiscamdrugs-lutte contre la désinformation scientifique

La fraude scientifique a un très bel avenir devant elle puisqu'elle n'est pas sanctionnée en France ! Selon le financeur, on bidouille et on empoche. Pour nous, on considère qu'il y a fraude dès qu'il y a dissimulation d'informations qui permettraient de semer le doute sur les résultats de l'article. Ou alors un protocole inadapté : étudier des perturbateurs endocriniens en utilisant comme paramètre la mort cellulaire ! Ou détourner les résultats d'une étude écrite par un autre chercheur en dissimulant les problèmes posés par cette étude... Si les reviewers n'ont pas lu l'article en question, vous pouvez faire dire n'importe quoi à un article de recherche. Les moyens sont légion et plus c'est gros, plus ça fonctionne.
Pour en revenir à Séralini et à ses rats obèses (nourris ad libitum et sans exercice physique) et diabétiques (le diabète et le vieillissement réinterprétés comme dus aux PGM) , les preuves de la fraude scientifique se trouvaient dans le manuel "Pathobiology of the Aging Rat" de Mohr et Capen (en 2 volumes) et si vous n'avez pas le manuel, vous avez les articles de Kevin Keenan et à partir des références données par Keenan, vous aurez beaucoup d'autres références.... On vous conseille de les lire et alors la méthode Séralini vous apparaîtra au grand jour. Le problème se pose pour toutes les souches de rats de labo, pas seulement les SD contrairement à ce que certains ont dit.
L'existence du manuel et des articles de Keenan (qui sont tout à fait corrects) ont été cachés et nos mails qui demandaient de lire ces références ont été effacés par les journalistes sur les blogs.
Vive la fraude ! Avec les compliments des journaleux et des politicards ! Comment voulez-vous que les jeunes chercheurs restent intègres quand on voit ça ? Quand on est témoins d'une fraude, on nous contraint à fermer notre clapet. Qui nous protège, nous ?

On

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations