« La publication scientifique à l'heure des fake news : venez le 4 octobre 2019 matin au Sénat | Accueil | Rigidité cadavérique (1/10) : Le coup de théâtre de Begley ou ‘tout le monde savait mais, par politesse, cela ne se disait pas’ »

jeudi 05 septembre 2019

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Bien sûr que la plupart des chercheurs (presque tous ?) sont honnêtes.

Il y a ceux qui ajoutent leur femme ou frère/soeur parmi les auteurs... Mais il est plus difficile d'identifier ceux qui ajoutent leur maîtresse...

Bertand

La filiation ou les liens familiaux élargis (couple ou cousinade...) dans l'authorship des publications m'ont souvent fasciné et nous connaissons tous des exemples similaires ayant contribués à étayer le CV de futur candidat HU. Bien que je ne possède pas de données chiffrées, il serait pertinent de questionner les CNU.
Cependant il est important de rappeler qu'il existe aussi des personnes honnêtes qui respectent les conditions d'authorship lorsque vies professionnelles et personnelles se chevauchent. Sont-elles majoritaires?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations